Infrarouge

Prochains débats

Aucun forum.
Forum des internautes

Débat du 27 avril 2010 à 22:30

Ecoles islamiques, burqa: faut-il tout accepter?

  • Ecoles islamiques, burqa : faut-il tout accepter? [52:05 min.]
  • Ecoles islamiques, burqa : faut-il tout accepter ? [52:04 min.]
  • Ecoles islamiques, burqa : faut-il tout accepter? (Version courte) [05:10 min.]
  • Ecoles islamiques, burqa : faut-il tout accepter? (Version courte) [05:10 min.]

Quelle place la Suisse doit-elle accorder aux musulmans? Faut-il des écoles islamiques dans notre pays ? Oui, répond Le Biennois Nicolas « Abdullah » Blancho, président du Conseil central islamique de Suisse. Il défend une pratique traditionaliste de l'islam et demande, par exemple, des dispenses de natation à l'école. Selon lui, le port de la burqa n'est pas contraire à notre Etat de droit. Infrarouge ouvre le débat ce mardi.

Si vous voulez venir assister à l'enregistrement de l'émission, réservez votre place en appelant le 079 681 70 59

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Martine Brunschwig Graf, conseillère nationale, parti libéral radical, Genève

Nicolas "Abudllah" Blancho, président du Conseil central islamique suisse (CCIS)

Zidane Meriboute, consultant pour les organisations internationales dans le domaine de l'Islam

Henri-Maxime Khedoud, porte-parole de l'Association suisse des musulmans pour la laïcité

Erika Schnyder, députée au Grand conseil et syndic de Villars-sur-Glâne, socialiste, Fribourg

Grégory Logean, président des Jeunes UDC du Valais romand

Filippo Lafranchi et son épouse, Amal Ettahiri Lafranchi, musulmans

Fatiha Habisreutinger, musulmane

On apprendrait quoi dans une école islamique dirigée par Nicolas « Abdullah » Blancho? Cyan, 3718 messages Le 25 avril 2010 à 15:39

Nicolas Blancho a épousé une musulmane originaire du Yémen. Il est père de deux garçons, Ammar (3 ans) et Ubaidullah (6 mois), qui n'iront pas à la piscine avec des filles.

Pas de musique non plus: «Quand elle influence l'âme, je ne me sens pas propre. Les instruments ne sont pas tolérés, mais on peut écouter des chants liturgiques en branchant des haut-parleurs à l'ordinateur.» Et pas de télévision: «Elle attire l'attention. Mais mes enfants peuvent regarder des dessins animés... sur la vie du Prophète.»


Lorsque l'on recense environ 340'000 musulmans en Suisse, il est nécessaire de souligner l'aspect purement formel du mot musulman. En effet, il faut savoir que près de 175'000 d'entre eux proviennent de la région de l'ex-Yougoslavie .

Un islam rigoriste, c'est quoi?
D'après ce que j'en sais, il s'agit d'un courant qui entretient un vide dans la pensée musulmane en jugeant hérétique les autres pensées des penseurs arabes contemporains qui ouvrent la voie à la modernité. Des gens qui veulent confiner les musulmans dans un islam rétrograde et dépassé en profitant de masse populaire mal instruite.
La vraie question, puisque Nicolas « Abdullah » Blancho défend une pratique traditionnelle de l'islam est :
Faut-il en Suisse des écoles pour mal instruire?
Parce que je doute que pour notre converti, d'après évidement le peu que je sache de lui, que dans son école tous les courants de l'Islam seront étudiés. Par exemple (Je cite)
http://www.bladi.net/forum/6744-enorme-vide-pensee-musulmane-contemporaine/

Entretien avec Bassam Tahhan, Pr de géopolitique à l'ENSTA et chercheur au CNRS

les principales idées de ces penseurs musulmans sur la relativisation de la valeur de la sunna (tradition), de la place des compagnons du Prophète, le concept l'abrogatio dans le Coran, les questions de l'héritage, de la polygamie dans l'islam...
Si c'est pour ne pas apprendre à nager ou pour éviter que les classes soient mixtes, ou que les filles se déguisent en « Casper », apprendre par coeur le Coran et à l'appliquer littéralement dans toutes les circonstances de leur vie et que des parents seraient prêts à payer pour ça, et bien qu'il les ouvrent.

Refus d'ôter le voile SM74, 6397 messages Le 9 mai 2010 à 18:09

Que pensez de ces femmes, à Fribourg, qui refusent d'ôter leur voile islamique alors que la ville, donc la collectivité, voulait pourtant les aider à s'intégrer par le travail dans le milieu scolaire?

Est-ce une volonté de s'intégrer ou de s'imposer?

Simplement No, 1 message Le 28 avril 2010 à 0:33

1-qui vient en Suisse doit s'integrer
2-Dernièrement on entend parler que des musulmans...que je sache les autres religions ne font pas autant de bruit
3-La suisse je prophetisse: La population Suisse ne font pas assez d'enfants mais achetent de chiens, tant dis que les musulmans font beaucoup des enfants..dans quelques années la suisse sera un pays musulman(preparation du terrain)
4-et dommage que la Suisse reni à tel point son identité religieuse (Jésus Christ le Seigneur)plus de croix dans les ecoles, pour faire plaisir à des hommes!!
5- Mais le Seigneur a un gros plan avec la Suisse ;-) Suisse continu firme,unique et si spèciale car t'a toujours agi avec bon sens et cela sans ecouter les critiques et la pression..Vive le Seigneur Jésus..il aproche !!

PS: Personne est contre les musulmans c'est simplement que la population suisse ne comprend pas pourquoi ils font tant de bruit avec ala, burka etc...car tou les autres religions font discret, d'autre part, Dieu le Vrai n'imposerai pas de tels rituels conflictuels.
DIEU est AMOUR et l'amour ne demande rien en echange, c'est du Coeur de l'etre humain qu'il s'agit et ne pas de demontrer que les Suisses ont peur, que sont des raciste ou encore de montrer à l'humanité combien on est religieuse ou sainte, vierge avec un habit !!!
La paiyx du Seigneur Jésus Christ soit avec vous.

Sous sms, peu accessible, je me permets de rééditer ici, barakallahoufik hawa, 36 messages Le 4 mai 2010 à 22:31

1. Aspect spirituel Le Coran énonce clairement que les hommes et les femmes sont de même nature spirituelle et humaine. Les deux ont reçu le ?souffle divin? qui leur a donné de la dignité et a fait d'eux les gérants de Dieu sur la terre. La femme n'est pas blâmée pour la ?chute de l'homme?. La grossesse et l'accouchement sont donnés comme des raisons supplémentaires pour aimer et apprécier les femmes et non comme punition pour ?avoir mangé de l'arbre interdit?. L'homme et la femme ont des devoirs et des responsabilités comparables et les deux font face aux conséquences pour leurs décisions et de leurs actions morales. Nulle part le Coran ne mentionne que les ?hommes sont supérieurs aux femmes?, à moins que le texte du Coran n'ait été pauvrement traduit en français. Le Coran indique clairement que la seule base de supériorité est la piété et la droiture, non le genre, la race, la couleur ou la richesse. 2. Aspect économique La loi islamique sauvegarde les droits des femmes avant et après le mariage. En fait, la femme reçoit une plus grande sécurité financière que l'homme. Elle a droit au plein montant de son cadeau de mariage. Elle a le droit de garder toutes les propriétés présentes ou futures et un revenu pour sa propre sécurité. Pendant ce temps, elle a droit à toute l'aide financière avant, pendant et après le mariage, sans égard à sa richesse personnelle. Les droits additionnels incluent l'aide pendant la ?période d'attente? en cas de divorce et l'aide pour l'enfant. Cette aide garantie à toutes les étapes de sa vie, constitue des avantages financiers sur les hommes, équilibrés partiellement par la moindre part d'héritage qui lui revient. La femme dispose seule de l'usufruit de son travail éventuel, tandis que l'homme a le devoir d'entretenir et subvenir aux multiples besoins de sa famille. 3. Aspect social 1. En tant que fille: Le Coran blâme l'attitude de certains parents qui tendent à favoriser leurs fils. Il prescrit le devoir d'aider et de montrer de la gentillesse et de la justice envers les filles. L'éducation des filles n'est pas seulement un droit mais un devoir pour tous les musulmans, hommes et femmes. Une fille a le droit d'accepter ou de rejeter des propositions de mariage. Le mariage forcé sans le consentement mutuel est invalide selon les enseignements du Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) . 2. En tant qu'épouse: L'opinion de l'Islam sur le mariage est exprimée dans le verset suivant du Coran: ?Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent? (Sourate 30, verset 21) La norme du mariage dans l'Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l'Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygynie), mais il la règule et la restreint. Elle n'est ni exigée ni encouragée. L'esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins. Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d'Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin. Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n'accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce. La responsabilité du mari sur l'entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l'esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique ?Qawwamoune?(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par ?qui a de l'autorité sur les femmes?. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l'intérieur de la cellule familiale. C'est ce à quoi le Coran réfère par le terme ?(fad')darâdja? (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme ?parce que Dieu l'a fait supérieur à l'autre?. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l'honneur. Dans le cas d'une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d'une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu'avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l'autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps. Les lois américaines ou européennes contemporaines ne considèrent pas une tape légère qui ne laisse aucune marque sur le corps comme un abus physique. C'est la même définition qu'ont donnée les juristes musulmans il y a plus de 1400 ans. Dans plusieurs paroles, le Prophète a découragé son utilisation, aussi légère soit-elle. ?Ne frappez jamais les servantes de Dieu (les femmes)? a dit le Prophète, qui a démontré cette noblesse dans sa propre vie conjugale. Il s'ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n'a rien à voir au fait de sanctionner ?l'abus? ou ?la violence conjugale? qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993). Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions. L'affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n'est pas plus vraie que d'affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible. En répétant l'exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que ?les meilleurs d'entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d'entre vous (dans ma conduite) envers ma famille?. C'est l'exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète). Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l'on se réfère à la sourate ?Talâk? (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d'un divorce); de même dans les hadiths. Le divorce est à l'initiative du mari, en général, mais peut-être l'initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d'un conseil sur l'initiative de la femme. Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette ?facilité? dans la perspective de la cohérence de l'ensemble du message coranique. La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu'à ce que l'enfant soit âgé d'environ sept ans, moment où l'enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l'enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants. 3. En tant que mère: Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que ?le Paradis se trouve aux pieds des mères?. 4. En tant que soeur dans la foi: Le Prophète a recommandé la gentillesse, l'attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes. 5. Au sujet de la modestie et des interactions sociales: Il y a aujourd'hui un large fossé entre l'idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L'extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l'esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles. Les musulmans croient en une ligne directrice d'essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l'habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète. Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l'interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l'influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde. L'Islam n'interdit pas la mixité sous deux conditions principales: a) observation d'un devoir de réserve et de pudeur mutuel; b) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête). L'Islam n'interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l'homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l'homme, ainsi de même, l'homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination. 4. Aspect légal et politique Les hommes et les femmes sont égaux devant la loi et les tribunaux. Les changements dans le nombre de témoins, hommes et femmes, dans les tribunaux ne figurent dans le Coran que dans le contexte des contrats financiers. Le but est d'établir l'exactitude du témoignage, dans un cadre donné et auquel les femmes peuvent ne pas avoir été exposées ou être expérimentées en matières commerciales. Le juge peut cependant décider d'assurer la justice sans égard au sexe des témoins. CONCLUSION L'Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l'Europe d'aujourd'hui leur refuse (le vote par ex.). Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah. Dieu, dans sa Sagesse, n'a pas attendu que d'autres dessinent pour elles les plans de leur libération. En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu. Les musulmans font acte d'Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l'ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l'exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

ET ON CONTINUE AVEC LA POLEMIQUE , message Le 24 avril 2010 à 11:57

Abdula Blancho, s'il n'est pas content dans son pays d'origine, et s'il a renié sa religion d'origine, ce qui est son droit le plus absolu,eh bien il n'a qu'à aller ailleurs et nous fiche la paix.

Car, en tant que Suisse d'origine devenu musulman ici, il est très laaaaargement minoritaire.

Donc, avec votre débat, vous ne faites que jeter de l'huile sur le feu et énerver ceux que vous appelez des "xénophobes"!

Certes non, il ne faut pas d'écoles islamiques en Suisse, tout comme nous n'avons pas non plus besoin de musulmans ici, vu leur mentalité rétrograde et obtuse, et vu le fait, comme je l'ai déjà signalé sur ce forum à de nombreuses reprises, que l'islam est une religion de combat, d'hégémonie, qui veut convertir le monde entier.

Donc, clairement: vous les musulmans, vous êtes tolérés ici parce qu'on ne peut pas (pour le moment en tout cas) faire autrement, mais vous avez à faire profil bas, à vous intégrer le mieux possible, vous adapter à nous.

Ce n'est pas à nous de nous adapter à vous!

Rappelez vous la photo déjà montrée dans ce forum,avec des barbus manifestant à Londres, avec leurs panneaux: ISLAM WILL OVERCOME THE WORLD!

LA SIGNIFICATION DU VOILE, BURKA AND CO ? JLR, 294 messages Le 18 mai 2010 à 10:04

POUR MOI LA BURKA LE VOILE ETC.. SIGNIFIE UNE OPPRESSION DES HOMMES SUR LA FEMME CAR EUX MÊME SONT O P P R E S S é S PAR LA RELIGION MUSULMANE.
ISLAM = IDéOLOGIE DANGEREUSE
ET VOUS ?

anonymous icon C est une honte ercan01, 2 messages Le 27 avril 2010 à 23:31

bonsoir
je suis moi meme musulman pere d un enfant

je ne vois pas en quoi le fait de porter le voile et de restreindre nos enfant fais de nous de meilleur musulman

j ai regarder l emission infrarouge avec Nicolas blancho

cette personne n est pas la pour parler de l islam
mais de ses convictions
arretez de parler de lui et laisser le dans l indiffverence et vous verrez qu il arretera de lui meme

c est a cause de personne comme nicolas que les gens on peur de l islam

anonymous icon Islam et musulmans robot, 2 messages Le 27 avril 2010 à 19:39

Si ils ne sont pas content , ils n'ont qu'à rentrer chez eux ou s'adapter à notre culture. POINT BARRE !

Encore?? Ca ne finira donc jamais??? LadyCoulinette, 273 messages Le 24 avril 2010 à 9:06

Cette demande est encore une preuve de non intégration ou de volonté de faire une différence!
C'est à nous de nous adapter?
Une école pour musulmans approuvée par un islamiste traditionaliste, quand on connait les traditions islamiques ça fait vraiment soucis....
Des dispenses de natation, pas de porc dans les gamelles des soldats musulmans etc.etc.etc.
La burka n'est pas contraire à notre état de droit, mais elle est bien contraire à toutes les luttes pour le respect de la femme non?
Le burkini pour des fillettes car si jeunes elles représentent déjà un danger de désir sexuel??
Ah oui j'oubliais, leur Mahomet a marié une gamine de 6 ans et a consommé le mariage à ses 9 ans!!!
Musulmans modérés réveillez vous svp.
Je sais que c'est possible la cohabitation, j'ai fait toute ma scolarité en Valais, et dans ma classe il y avait un musulman, il faisait la gym avec une autre classe lorsqu'on avait le cour de religion et ça convenait à tous. On ne le mettait pas de côté, il jouait avec nous et on l'appréciait, c'était réciproque.
Venez me dire qu'on en a peur et que c'est pour ça qu'on leur refuse tout!
N'y a-t-il pas eu dernièrement en Suisse des Imams qui ont dit que tout ceux qui ne sont pas musulmans
sont en dessous des animaux (un truc du genre)????
Même si c'est une minorité et non une majorité, c'est une bien trop grande ou trop importante minorité qui est dangereuse!
Dans n'importe quelle religion dès que c'est de l'extrémisme c'est du danger à grande vitesse.
L'islam prônée par des gens comme cet Abdullah, c'est un islam dangereux et qui ne convient pas à nos us et coutumes ou murs.
Stoppons tout ça avant qu'il ne soit trop tard.
Ce n'est pas une richesse culturelle, c'est une provocation face aux non musulmans considérés comme en dessous des animaux!
Je n'ai pas été élevée dans l'idée que celui ou celle qui est différent de moi est en dessous de moi, mais ça ne veut pas dire que moi je suis en dessous de celui ou celle qui est différent de moi!!!

anonymous icon Pas de concession svp ed13, 1 message Le 14 mai 2010 à 14:46

Non non non, s'il vous plaît les suisses il ne faut rien accepter rien. Evitez de mettre le bout du petit doigt dans cet engrenage infernal !
En France,en particulier dans le sud, nous sommes pratiquement colonisés. Nos institutions se font piéger par la notion des droits de l'homme dont nous sommes porteurs, et les argumentaires musulmans se font fort de les retourner à leur profit.
Je pourrais vous raconter mille histoires qui font preuve de l'impossibilité du vivre-ensemble, mais trop long ici...
Sachez toutefois que ce n'est pas pour rien que le Front National dans cette région a fait un véritable carton...qu'on le déplore ou pas : les habitants n'en peuvent plus mais ne peuvent s'exprimer que dans les urnes sous peine d'être traités de racistes : la France, raciste !
Je ne crois vraiment pas qu'une loi puisse changer grand chose, car les musulmans trouveront toujours un moyen ou un autre de se manifester pour imposer leurs moeurs : je sais de quoi je parle , je le vis tous les jours. Je peux même rajouter qu'il est inutile de discuter avec un musulman : rien ne le convainc. Quant à ce u'on appelle les musulmans "modérés", je suis sceptique, leur mutisme est parlant, si j'ose dire....et je me méfie énormément.
VSavez vous qu'une jeune musulmane, dont le nom m'échappe, a créé chez nous un parti : le P.I.R (parti des indigènes de la république) mais oui, et avec le P.I.R, on peut s'attendre au PIRE, car, tenez-vous bien, cette jeune femme a écrit un livre intitulé "Niques la France" et s'y est fait photographier en présentant sur la couverture, un magnifique doigt d'honneur ! J'en pleurerais presque !
Alors, pour ma part, je m'informe avec intérêt de ce qui est fait dans des "petits" états comme la Suisse ou la Belgique, qui nous donnent bien des leçons de démocratie et de courage.
Et jamais, au grand jamais, la moindre petite concession : c'est ce qui a été fait chez nous pour le résultat que vous savez.

avatar de almalin Qu'est ce qu'un prophète ? almalin, 3787 messages Le 9 mai 2010 à 12:36

C'est avant tout un homme a édicté des loi et des chatiment usuel à une époque donnée.

Il est clair que l'on ne peut pas remettre en cause les textes, mais on ne peut pas fermer les yeux sur l'histoire et l'évolution culturelle.

Si Dieu n'a pas dit allume ta télé, c'est peut être un péché de l'allumer, on peut se demander plein de choses sur l'évolution. Tous les pécheurs ont un Mobile est-ce pour autant tous des pêcheurs... etc...

La religion évolue inévitablement vers la sagesse, car les chatiments et la cruauté n'ont plus valeur d'exemple, et les crimes restent de moins en moins impunis, donc le recours à ces extrèmes n'est pas nécessaire.

Est-ce un crime que d'aimer ?

Non fondamentalement le comportement induviduel ne doit pas être caché dernière des principes. Il y a des principes moraux au marriage et au respect de l'union saccré, mais on ne peut aller contre l'évolution de la connaissance, on peut juste regretter que le marriage hatif entraine souvent de mauvais choix par ignorance, et que l'on les regrette ensuite expérience faite.

Donc la seule chose que je ne comprend pas c'est que l'on puisse reprendre d'anciens textes seulement quand ca permet d'obtenir des avantages. C'est contraire à l'idée première du texte. C'est à dire le respect de l'humanité.

Si l'individu ne fait rien pour que l'union soit sain, il n'est pas juste de reporter la faute sur l'autre, ni que des principes le retienne captif.

Donc peut être que les religions attendent leurs prophètes, histoire que l'évolution fasse disparaitre ces pratiques cruelles et inutiles.

anonymous icon Est-ce bien utile NNM, 35 messages Le 27 avril 2010 à 11:44

Vous faites le lit de l'UDC en proposant des thèmes tels que celui-ci...
Pourquoi prendre ce cas isolé d'extrémiste?
C'est dommage.

Nouvelle intervention dans le forum "Ecoles islamiques, burqa: faut-il tout accepter?"

Vous devez être identifié pour intervenir dans le forum.

Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez vous inscrire.

Mot de passe oublié
Se connecter avec Facebook

MIX & REMIX

Ecoles islamiques, burqa: faut-il tout accepter?
LEFT
RIGHT
Toutes les galeries MIX & REMIX

Voir et discuter en direct

Infrarouge est diffusé en direct sur ce site.

Au moment de la diffusion antenne (en général mardi à 22h30), le site d'infrarouge présente automatiquement la vidéo de l'émission en direct.

Une zone de discussion permet aussi de dialoguer avec les autres internautes à propos de l'émission en cours. Infrarouge est aussi diffusé en direct sur les applications iPhone et Android Play RTS.